Citernes sur l’Île de la Tortue

Offrir l’accès à l’eau potable est une urgence !

En Haïti, la population est sous la menace du choléra, de la typhoïde  et des infections gastro-intestinales bactériennes chroniques qui se transmettent par le contact avec les eaux souillées.

Le séisme de 2010 a renforcé cette menace en raison de la destruction de bien des infrastructures. L’une des conséquences de l’insalubrité de l’eau, dramatiques sur la santé des enfants, influe considérablement sur la fréquentation scolaire.

L’île de la Tortue, 37 km de longueur et 7 à 8 km de largeur, est située au nord-ouest d’Haïti. Elle s’étend d’est en ouest, culmine à 400 m au centre : c’est un dôme rocheux, dépourvu de rivière, sans puits possibles, sans nappe phréatique. L’eau provient de très rares sources situées à mi- pente sur le versant sud. Ces rares sources sont éloignées, et le débit très insuffisant pour la population. Les flaques laissées par les pluies tropicales sont utilisées par les habitants et les animaux, avec des conséquences dramatiques.

Objectifs du programme

L’objectif est de construire des citernes pour recueillir l’eau de pluie afin d’assurer aux plus pauvres, les plus éloignés des sources, un accès à l’eau salubre dans des conditions sûres, abordables et durables. L’expérience montre que la santé des populations est vite améliorée, le choléra recule et les cas de typhoïde diminuent et les infections gastro-intestinales disparaissent.

Population concernée par le projet

La population de l’île est estimée à 45.000 habitants (dont 50% de moins de 15 ans). Pas assez d’eau, trop d’utilisateurs, une eau polluée par les déjections animales et les récipients de transports malpropres, tout est en place pour les maladies.  Les femmes et les enfants consacrent un temps et une énergie considérables au portage de l’eau depuis les sources, au détriment notamment de la fréquentation de l’école. L’accès à l’eau potable ne figure ni dans les moyens ni dans les urgences de l’Etat.

Construire des citernes

Les citernes cylindriques d’une contenance de 6.500 litres sont réalisées en béton moulé. Elles sont reliées aux gouttières en PVC fixées aux toits de tôles afin d’être résistantes aux intempéries. Une citerne assure une eau saine à une ou plusieurs familles étendues soit jusqu’à 50 personnes.

Le coût d’une citerne est d’environ 1 400 euros dont une partie est assuré par la famille en travail et agrégats. Reste à financer 1000 par des dons.

L’expérience montre que la durée de vie d’une citerne de l’ordre de 25 ans. Déjà 800 citernes ont été construites. Et plusieurs centaines sont encore à réaliser.

Les utilisateurs sont formés à l’usage de l’eau des citernes. Une éducation sanitaire de base est assurée sous l’autorité du médecin de l’hôpital de l’île de la Tortue. La qualité de l’eau est assurée par un rinçage biannuel et un traitement au chlore qui en fait une eau salubre.

L’engagement de Coline en Ré

Coline en Ré s’engage pour 2020 à financer  au moins 20 nouvelles citernes pour les familles les plus

pauvres et les plus éloignées des sources. La durée de réalisation du projet est estimée à 6 mois. La réalisation, l’administration et le contrôle du projet sont assurés par l’APPEL, notre partenaire en Haïti dont l’expérience de plus de 50 années offre une sécurité de bonne fin parfaite.

Bénéfice attendu pour les familles concernées

Diminution immédiate, constatée lors des consultations à l’hôpital et dans les Unités de Santé de l’île, des gastro-entérites, des parasitoses, des dermatoses, des conjonctivites etc.

Éradication de la typhoïde, du choléra et des maladies infectieuses transmises par l’eau souillée.

Diminution de la mortalité infantile participant ainsi aux Objectifs du Millénaire.

Mais aussi : une vie améliorée, un gain de temps pour les femmes et les enfants consacré aux travaux agricoles, aux soins ménagers et la fréquentation de l’école contribuant ainsi au maintien d’une population rurale in situ.